Le pas blog demenage !

Et voilà, c’est officiel, le pas blog déménage pour devenir un vrai pas blog avec le .fr et tout et tout. 

Désormais, rendez-vous à l’adresse suivante : http://lepasblogueur.fr

A très vite !

Sur le terrain des RP : au bal masque

Hier soir, j’ai eu l’occasion d’assister à une sorte de rassemblement d’attachés de presse. Les discussions tournaient autour du même sujet et je me suis dit, après avoir observé chacun d’entre eux, que si l’on réunissait chacune de nos compétences, nous aurions alors un bureau béton, une sorte de dream team.

D’où l’idée d’écrire ce billet. À quoi ressemblerait le portrait du bureau de RP idéal? Pour dessiner cette peinture, je m’appuierai sur des personnages fictifs de films, de séries ou de personnes réelles.

Dans un premier temps, il y aurait Batman. RP le jour, anonyme la nuit. Toujours prêt à défendre ses projets sur tous les fronts, à mener la bataille. Personne ne le connaîtrait visuellement, mais sa légende serait reconnaissable par son travail d’une qualité irréprochable. Il serait également capable d’endosser les responsabilités, de prendre sur lui en cas d’échec. Bien entendu, il aurait son assistant aux aguets sur les moindres dossiers. Une chose essentielle, agir dans l’ombre, mais faire savoir que nous sommes présents.

Dans un second temps, le bureau serait agrémenté de la rigourosité d’un Claude François. Attentif, précis, maniaque, méthodique, réglé au millimètre. A la limite de l’hystérie, de la diva, il fera parlé de lui (toujours en bien !) et se fera respecté quoiqu’il fasse ou dise.

Enfin, pour finir l’équipe, la dernière touche serait ponctuée par quelques caractéristiques d’un Dexter Morgan. Le RP sera capable de se fondre dans la masse, d’agir en secret, d’abord le travail, les émotions passent au second plan. En ce qui concerne les meurtres cela va de soi, nous les éliminons.

Tout ça pour dire que le bureau de RP idéal n’existe pas. Chacun travaille à sa manière, avec ses propres qualités et défauts, car au final une seule chose compte : que le travail soit fait et bien fait. 

2 notes 

Sur le terrain des RP : le Paris Tour

Jour J. Aujourd’hui sort notre premier film de 2012. Anxiété, appréhension, nous n’avons plus le contrôle. Le relais est passé, le public a désormais les cartes en mains. Petit point positif avant de commencer, j’ai vu un reportage ce matin sur la hausse de la fréquentation des salles. Un record paraît-il. Tout le monde espère que sera le cas pour nous ce matin. Qui dit sortie de film, dit première séance de 9h aux Halles avec le fameux rituel du relèvé des premières entrées.

Petite nouveauté pour nous aujourd’hui puisque nous vivons notre premier “Paris-Tour”. En effet, le casting du film va parcourir quelques salles de la capitale afin de présenter le film à quelques chanceux venus voir le film. Comme j’avais déjà pu le sous-entendre, ce Paris-Tour permet de drainer un nombre d’entrées largement au-dessus qu’une séance classique. Il faut avouer que ce n’est pas plus mal pour les chiffres et surtout pour le public.

La décision d’organiser un Paris-Tour de décide au dernier moment. Il faut obtenir rapidement l’accord des talents et surtout faire attention qu’il n’y ait pas d’émission radio ou TV au même moment. Le déroulé est savamment annoncé par le distributeur sur leur site, dans Les journaux et les reseaux sociaux. Cette journée s’annonce périlleuse car il va falloir jongler entre les émissions et les présentations et caler les taxis ou autres moyens de transport avec une précision d’orfèvre. La moindre minute de retard serait fatale. Cela peut paraître un peu démesuré, mais quand vous devez gérer l’arrivée d’un talent dans une émission en direct et que vous savez que vous avez du retard, vous priez. Au final, le résultat de cette journée sera intéressante avec la comparaison des entrées par séance avec et sans présentation du film.

Au-delà des chiffres, cette petite tournée crée un véritable lien avec le public qui disparaît de temps en temps et qui permet de retrouver une vitalité ici.

2 notes 

Sur le terrain des RP : demain à la Une

Le réveillon est passé, les téléphones n’ont pas sonné pendant 24h, le repos fut de mise donc en ce 1er janvier. Back to the business comme on dit avec une sortie de film demain.

Quand nous attaquons cette dernière ligne droite de promotion d’un film, il y a plusieurs étapes : les matinales en radio, les derniers entretiens TV (comme C À Vous par exemple) et surtout l’annonce ou non de la Une des quotidiens. J’ai eu l’idée de ce billet hier car justement pour notre film, il était question plus ou moins d’avoir une accroche en Une.

Comment cela se concrétise?

Cette annonce peut arriver de plusieurs sources : soit de la part du journaliste qui a écrit sur le film et qui nous donne l’information à demi-mot. En effet, une Une peut changer de minute en minute selon l’actualité donc on ne peut être jamais certain de l’avoir ou non. L’annonce peut venir du service photo qui nous demande des images supplémentaires du film pour, et je cite, “peut-être une Une”. Dans la majeure partie des cas, nous ne réfléchissons pas des heures, nous leur envoyons du matériel supplémentaire même si souvent la photo se retrouve en minuscule en bas à droite ou alors qu’elle n’apparaît pas du tout dû à l’actualité du jour. S’il y a bien une chose sur laquelle un RP n’a pas d’emprise, de visibilité, c’est bien une Une.

Il y a bien entendu des cas où la Une est calée avec le journal largement en amont parce qu’ils ont un véritable coup de cœur pour le film (je pense notamment à Libération et au film La Guerre est déclarée).

Dans tous les cas, même en petit, en bas à droite ou en haut à gauche, avoir une accroche en Une d’un journal est toujours un plus, une petite victoire en soi.

Je vous laisse car l’édition du Monde sort aujourd’hui et nous attendons de voir si nous sommes en Une.

5 notes 

Sur le terrain des RP : tu fais quoi pour le réveillon?

Les billets s’enchaînent comme les années, c’est-à-dire à une vitesse grand V. Arrive le dernier jour de l’année où tout le monde s’apprête à oublier, faire le bilan de l’année en cours et de laisser place à une nouvelle page blanche pleine de projets. 

Mais que fait un RP durant le réveillon? 

Ce qui est assez paradoxal c’est le fait qu’un RP soit sans cesse entouré durant toute l’année par des talents, des producteurs, distributeurs, mais le jour du 31 il se retrouve sans avoir un projet en particulier. Pour ma part, j’ai mis en place une sorte de petit rituel à savoir visionner vers 23h LE film qui a marqué l’année en cours. Personnellement, il s’agira cette année du long-métrage Intouchables. Je préfère rassurer tout le monde, je n’ai pas téléchargé le film, mais je l’ai obtenu grâce au coffret DVD des Césars (oui ça aide). J’ai pu entendre beaucoup de choses sur ce film, des avis positifs, négatifs, mais je peux vous dire que quand vous êtes un RP et que vous avez entre vos mains un film français qui fonctionne et qui obtient la ferveur du public, là vous avez remporté une victoire. Job is done.

Le 31 est une journée comme une autre en fait hormis que les réseaux téléphoniques se retrouvent saturer à partir de 00h00. Vient la phase de la reprise du travail avec tous les journalistes, sans exception, qui vont appeler, envoyer des mails, des SMS pour souhaiter la bonne année. 

Pour ce qui est de l’activité du bureau, nous travaillons le 1er janvier et là aussi c’est une journée comme une autre ! Un RP sait s’arrêter de travailler quand il faut, nous ne sommes pas des machines non plus. 

Pour info, j’en profite pour vous remercier car depuis la création de ce blog, les visites n’ont pas arrêté de grimper. Merci à vous.

43 notes 

Sur le terrain des RP : danse champion, danse

J’aime beaucoup comparer le métier des RP avec d’autres domaines. J’ai notamment fait référence à une série TV dans mon avant-dernier billet, aujourd’hui je vais parler de sport, mais pas de n’importe quelle discipline. Il s’agit de la boxe. Certains ne seront pas étonnés que je fasse un tel rapprochement puisque je pratique ce sport en dehors du bureau. Ce dernier étant en perte de vitesse depuis ces derniers temps, je me suis dis qu’il serait intéressant d’en parler ici tout en faisant le rapprochement avec le métier. 

Chaque entraînement est difficile. Il y a de la souffrance avant même de pouvoir monter sur le ring. Cette phase peut être assimilée à celle de la recherche d’un stage dans le domaine du cinéma. Il faut donner le meilleur de soi tout le temps afin d’avoir la possibilité de monter sur le ring. Beaucoup vous abandonnez avant, c’est à ce moment précis qu’il faut se montrer le plus et prouver que l’on en veut. 

Une fois la première partie terminée vient le moment de monter sur le ring, de rentrer dans l’arène. Vous avez beau avoir un staff qui vous entoure, vous êtes tout de même seul sur le ring. Ce que vous gagnez, vous le gagnez seul. C’est un peu la même chose chez les RP. Il faut toujours bouger, être là où on ne vous attend pas. Danser, toujours danser. Non seulement c’est un milieu vraiment compliqué à intégrer, mais c’est surtout un microcosme très malin. Certaines personnes n’hésiteront pas à faire quelques coups bas, mais pas trop histoire de ne pas se faire disqualifier, mais assez pour vous mettre à mal quelques temps. 

Être RP c’est livrer un combat chaque jour, danser, voler, piquer au bon moment, esquiver, toujours faire en sorte d’avoir un round d’avance et surtout ne jamais se laisser enfermer dans les cordes. Tu laisses l’adversaire venir, il se défoule durant quelques rounds et tu le cueilles.

Comme me disait le coach l’autre jour : “tu y vas et tu bouges, tout le temps”

93 notes 

Sur le terrain des RP : la liste NOC

Comme je le précisais au début de la création de ce blog, le fichier est L’ARME ultime de l’attaché(e). Sans lui, nous ne pourrions pas travailler. Il doit être constamment mis à jour, affiné, chouchouté. S’il y a bien une chose qu’un(e) RP ne doit jamais donner, c’est bien son fichier. Etablir un fichier, c’est obtenir des adresses, des numéros, des codes en quelque sorte que l’on peut ensuite mettre dans la balance afin de démarcher ailleurs. Pour moi, mon fichier est comme la liste NOC (les fans de Ethan Hunt se reconnaîtront). Elle ne doit jamais être divulguée, toujours protégée quitte même à être détruite lorsque vous quittez votre poste. Cela peut vous paraître démesuré, mais il faut savoir qu’un fichier met plusieurs années à être constitué (nous avons au bureau un fichier de plus de 30 ans !). La force d’acharnement pour tout récolter est si compliqué (oui tout le monde ne divulgue pas ses coordonnées) que le simple fait de se le faire “voler” ou de le donner relève du crève coeur. 

Concrètement comment vit un fichier? 

Il y a plusieurs phases. Tout d’abord celle de la mise à jour. Deux fois par an à peu près (Janvier et rentrée scolaire) nous appelons les rédactions pour savoir qui est parti et qui vient d’arriver. Par moments, il faut même passer par des intermédiaires pour obtenir les infos. Oui, nous avons des indics dans les rédactions ! La phase de mise à jour est également active tout au long de l’année. 

Il y a aussi une phase que je nommerai, phase d’intégration. Des journalistes nous appellent, nous contactent par mail afin que nous les intégrions dans notre fichier. Débute alors une phase de recherches. Qui est-il/elle? Quel(s) genre(s) de film(s) aime-t-il/elle? Nous entamons une véritable phase d’enquête. Cela peut paraître hallucinant, mais j’estime que nous devons savoir qui va venir voir nos films et comprendre sa manière d’en parler. Tout ce protocole est nécessaire, car bon nombre de personnes jouent au bluff. Ils n’hésitent pas à dire qu’ils travaillent pour telle revue alors que ce n’est pas vrai. C’est tout de même triste d’en arriver là, mais c’est la dure réalité. 

Partons du principe que tout est “clean”, nous faisons venir le ou la journaliste durant une ou deux projections pour voir un peu ses affinités avec nos films. Si la personne est sérieuse, publie bien ses papiers, nous finissons par l’intégrer définitivement dans notre fichier. 

Beaucoup de journalistes pensent qu’ils peuvent être intégrer sur un simplement claquement de doigts. J’estime qu’assister à une projection de presse d’un film doit être pris comme un privilège, non pas comme un dû. Nous n’offrons pas des séances gratuites. Nous devons nous assurer auprès de nos clients que les personnes qui voient le film sont sérieuses et écriront bien sur le film (bons ou mauvais papiers). 

Il ne faut pas croire que les listes de projections sont uniquement pour nous. Elles passent dans différentes mains (production, distribution etc…). Nous devons ainsi “rendre des comptes” comme on dit et leur expliquer qui fait quoi. 

Je dois vous laisser, on me signale une mise à jour !

46 notes 

Sur le terrain des RP : ce qui compte c est le code

Je le disais dans un précèdent billet, chaque journée d’un RP est différente. Pourtant, je m’évertue à m’imposer une ligne de conduite. Je trace chaque jour un schéma bien précis de ce que pourra être cette nouvelle journée, comme une sorte de code en fait. Bien entendu, je laisse une place au hasard et à la surprise puisque un évènement peut très bien intervenir dans la journée. Il faut donc réussir à s’adapter et à changer de route.

Je suis un grand fan de la série Dexter que j’ai découvert récemment. Rassurez-vous, je ne pratique aucune identification loin de là, mais plus j’observe la manière de procéder du personnage et plus je me dis qu’il aurait pu faire un excellent attaché de presse, notamment dans la manière de s’organiser, de palier à toutes mauvaises surprises et à sa façon d’anticiper les choses et surtout le charme qu’il dégage. 

Ce nouveau billet n’a pas pour but de louer la personnalité de Dexter, mais plutôt de vous faire partager sous forme d’agenda, une journée type : 

> 6h30 : “RTL il est 6h30 bonjour. Les titres”

> 07h01 : “BFM TV il est 7h, voici les titres”

> 07h45 : Le départ

> 08h25 : Arrivée au bureau. Machine à café en marche. Premier café. Ecoute des messages. Relève des mails et réponses. Ouverture du poste de pilotage pour la journée (Twitter, Facebook, Gmail)

> 08h40 : Mise à jour des différents documents qui serviront pour la journée (feuilles de projections, rapports médias, plannings etc…)

> 10h00 : second café. Premier appel

> 11h00 : point sur la journée, réponses aux appels, préparation pour la projection du jour s’il y a. Scans de la presse du jour. 

> 12h00 : troisième café

> 13h25 : Pause déjeuner 

> 14h00 Reprise. Quatrième café

> 15h00/19h30 : sensiblement les mêmes tâches que le matin. Préparation des futures réunions sur les différents films. Préparation à d’éventuelles demandes de la presse comme un line-up, des projections de presse, du matériel vidéo et sonore.

> 20h30 Home Sweet Home

Comme vous pouvez le constater, le rythme peut varier d’une journée sur l’autre et les cas à régler sont différents tous les jours. La base est identique à chaque fois. Un RP ne doit rien laisser au hasard, je pense que chaque journée doit suivre un rythme pré-établi. Le rôle d’un RP est d’anticiper les évènements, c’est pourquoi il se doit de régir ses journées selon un code, un ordre précis. Par exemple, nous avons l’habitude d’appeler tous les services photos des revues le vendredi précèdent la sortie d’un film pour savoir s’ils ont le nécessaire pour la publication (ce qui nous permet, en même temps, de connaître la place qu’aura le film dans les pages). Il en est de même pour ce qui est du matériel vidéo et audio. Il faut pouvoir l’avoir envoyé avant même que le journaliste ne vous le demande. Un RP doit être là où on ne l’attend pas. 

C’est exactement la même chose sur les réseaux sociaux. Il faut constamment être présent, annoncer les choses correctement, bien vérifier ses sources avant de publier quoi que se soit. Chose primordiale, toujours considérer les personnes avec qui vous travaillez comme il se doit. S’ils n’ont pas aimé un film, pourquoi les blâmer d’emblée? Le débat est primordial, le cinéma est un outil de partage qui génère des émotions qui seront différentes selon les personnes qui le regardent. Le cas est différent si le journaliste nous annonce qu’il a aimé le film et qu’il le détruit dans le journal, à la TV ou à la radio.

C’est en adoptant ce genre de principes que se fera votre réputation.

Sur le terrain des RP : bienvenue dans le Fight Club

Le début d’année approche à grands pas et c’est le moment propice pour certains bureaux de RP de recruter des stagiaires. En effet, le début de l’année est très souvent chargé et donc pour palier à ce manque de temps, la majeure partie des gens “recrutent” des stagiaires sur une période plus ou moins longue (à savoir de 3 à 6 mois max). En ce qui nous concerne, nous faisons rarement appel à des stagiaires. Depuis que je suis arrivé, nous avons eu en tout et pour tout deux stagiaires ce qui est très peu par rapport aux autres. 

J’ai eu l’idée de ce billet car une stagiaire arrivera prochainement dans un bureau voisin du mien. Comment se déroule l’arrivée d’un(e) stagiaire? 

Il y avant tout la visite des locaux. Véritable visite du propriétaire, la surface des 70 m2 est rapide. Il y a ensuite la présentation du bureau, celui qui sera occupé pendant trois mois, rapide aussi. A dire vrai, quand une nouvelle personne arrive chez nous, j’ai l’impression de me retrouver dans une confrérie genre Fight Club avec une doctrine à respecter : 

> Il est interdit de parler du bureau. Ce qui se déroule au bureau, reste au bureau

> Je veux un détail précis et détaillé de chaque appel

> Si tu ne sais pas ou ne comprends pas quelque chose, tu me demandes ou tu demandes à quelqu’un d’autre

> Tu déjeunes à l’heure que tu veux. Tu pars à l’heure que tu veux. 

> Tu signes les mails de mon nom

> Bienvenue !

Bon, ces commandements ne sont pas énumérés de manière militaire et autoritaire, mais l’essentiel est là. 

Bon je vous laisse, ma formation va commencer :)

1 note 

Sur le terrain des RP : la relation avec les talents

Les médias ont beau parler du film sans arrêt, rien ne serait possible sans l’aide des talents et du réalisateur. Chaque promotion de film est différente, tout se joue sur le premier contact avec les talents. Il arrive très souvent de retravailler avec les mêmes ce qui facilite encore plus facilement les choses. Chaque comédien à sa manière de travailler, de voir les choses, et surtout, s’attend à faire de la promo (beaucoup de promo pour certain). 

Même si le média film est là, que nous savons qu’il est bon et aimé de la presse, il arrive très souvent que les journaux puissent ne pas aller plus loin que la simple critique de quelques lignes. Il devient alors très difficile d’obtenir un entretien. De son côté, le talent refusera quoique se soit s’il n’a pas la couverture. Ce cas n’arrive pas tout le temps, mais ça arrive. 

Il peut arriver qu’il refuse toutes les demandes d’entretiens que nous lui proposons. C’est au RP d’entamer une longue période de discussion et de négociation avec lui pour tenter de lui faire faire, au moins, les choses essentielles (producteurs et agents peuvent intervenir). D’un autre côté, nous avons le cas où le talent est en réelle demande, mais les propositions d’entretiens ne suivent pas forcément. Nous sommes, dans tous les cas, dans des situations un peu délicates car il faut arriver à ne pas froisser les égos des uns et des autres. 

Dans bien des cas, nous ne gérons pas seulement la presse, mais des égos. Le milieu du cinéma a cette faculté de développer des amitiés éphémères. Ce qui est paradoxal c’est d’apprendre toute la vie de quelqu’un en quelques mois. Confessions, fous rires, tout y passe et s’efface. Pourquoi? Parce que nous développons, avant tout, des relations de travail. Nous nous recroisons de temps à autre lors d’une avant-première ou d’une journée presse, mais cela s’arrête là. C’est totalement différent en ce qui concerne les producteurs et distributeurs puisqu’il est très possible de collaborer avec eux pendant des années et donc de lier de véritables liens.

De manière générale, la promotion se déroule toujours dans d’excellentes conditions et cela est très important car ce qui compte avant tout c’est le film !